Harraga – Harragas

Combien sont-ils ces harraga qui ont pris le large pour ne plus revenir ?

Archive for juin 2009

Emigration clandestine: Une centaine de harraga arrêtés en cinq mois

with 3 comments

par J.Boukraâ

Malgré la décision des autorités de sanctionner l’émigration clandestine en instaurant un délit de «sortie illégale du territoire national», les candidats à l’exil continuent de faire la fortune des passeurs, encouragés par les récits colportés de bouche à oreille de ceux qui ont réussi la traversée. Durant les cinq premiers mois de l’année en cours, les services de la police judiciaire et de la Gendarmerie nationale d’Oran ont arrêté 96 personnes pour tentative d’émigration clandestine dont 91 ont été écrouées. Selon un bilan communiqué par les mêmes services en 2008, 140 harraga ont été interpellés et 12 tentatives ont été avortées, contre 17 tentatives et 177 arrestations en 2007. Les candidats à l’émigration clandestine, ou les «harraga», tentent de rejoindre l’autre rive de la Méditerranée, à bord d’embarcations de fortune. Ils finissent souvent dans les filets des gardes-côtes pour les plus chanceux ou périssent dans le large. L’année dernière, les gardes-côtes ont repêché quarante-huit corps de personnes noyées au large de ces côtes et enregistré la disparition en mer d’une dizaine de candidats à l’émigration clandestine vers l’Espagne. En effet, l’identité de harraga pose toujours problème pour les pays de destination, ainsi qu’aux pays d’origine des migrants. Certains, ayant réussi à traverser la Méditerranée, détruisent leurs documents d’identité. En effet, pas moins de 70 demandes de recherches ont été déposées par les familles de «harraga» auprès du service de rétablissement des liens familiaux (RLF) de la section du Croissant-Rouge d’Oran. Selon la responsable de se service, toutes les demandes sont restées sans réponse. En outre, le projet de loi portant sur les nouveaux amendements du code pénal discuté par le Conseil de la nation en janvier dernier prévoit une peine d’emprisonnement de 2 à 6 mois et une amende de 20.000 à 60.000 DA ou de l’une de ces deux peines seulement à l’encontre de tout Algérien ou étranger résidant qui quitte le territoire national d’une façon illicite. Conformément au projet de loi, la même peine est applicable à toute personne qui quitte le territoire national en empruntant des lieux de passage autres que les postes frontaliers.

Written by elharraga

21 juin 2009 at 7:57

Les marines italienne et algérienne à l’assaut des harraga

leave a comment »

Ils sont 368 harraga à avoir bravé la mer depuis le 10 mai dernier

Deux embarcations artisanales transportant 27 et 23 harraga originaires de Annaba et de Skikda ont été interceptées par les gardes-côtes italiens et algériens à quelques encablures de l’île de la Sardaigne.

Les éléments des garde-côtes italiens et algériens ont intercepté et arrêté, dans la nuit de dimanche à lundi, dans deux opérations distinctes, 50 jeunes migrants clandestins, dont deux filles et un mineur. Il s’agit de deux embarcations artisanales transportant respectivement 27 et 23 harraga, originaires de Annaba et de Skikda, qui étaient, au moment de leur arrestation, à quelques encablures de l’île de la Sardaigne (Italie). Agés entre 19 et 34 ans, ils ont embarqué à partir de la plage de Sidi Salem. La première expédition a été signalée par les gardes-côtes italiens à leurs homologues algériens qui les ont interceptés, hier vers 2h 30, à 60 miles marins. Aussitôt, l’unité du Groupement territorial des garde-côtes (GTGC) a procédé à la récupération de ces « brûleurs de frontières » qui, pour les ramener à bon port, ont navigué plus de 14 heures. Quelques heures après, soit à 21h 45, la même unité des garde-côtes italiens a signalé l’arrivée d’une autre embarcation qui, cette fois-ci, transportait 23 jeunes, dont 2 filles et un mineur de 17 ans. A peine alertée, l’unité El Mountassar des garde-côtes de Annaba s’est empressée de les récupérer. Cependant, le trajet était plus important que le premier.

Les malheureux harraga se trouvaient à 80 miles des côtes algériennes et à 5 miles de celles italiennes. Ils ont accosté au port de Annaba vers 22h 30. A défaut des côtes sardes, ils ont rejoint les locaux des garde-côtes de Annaba, où ils ont passé la nuit d’avant-hier avant d’être présentés hier devant le procureur près la cour de Annaba, qui en a écroué 2 d’entre eux faisant l’objet de mandat d’arrêt. Les groupes restants comparaîtront les 20 et 21 juin et les 4, 11 et 15 juillet 2009. Depuis le 10 mai dernier, 368 jeunes émigrants clandestins, dont 4 filles et 6 mineurs, ont été arrêtés par les gardes-côtes de Annaba, d’Oran et de Ghazaouet. Selon la Gendarmerie nationale, 5 cadavres de ressortissants africains ont été rejetés par la mer algérienne.

Par M. F. Gaïdi

Written by elharraga

16 juin 2009 at 7:49

123 harraga arrêtés à Annaba

leave a comment »

Le procureur a exigé leur identification civile

A peine 36 heures après que 69 harraga furent interceptés et arrêtés par les éléments du Groupement territorial des gardes-côtes (GTGC) d’Oran et de Annaba, ces deniers ont arrêté, hier, 54 autres émigrants clandestins dans deux opérations distinctes dont 3 ont été placés sous mandat de dépôt.

Ils sont venus s’ajouter aux 123 harraga arrêtés en moins de 36 heures. Appareillée à 23h à partir de la plage de Seybouse, la première embarcation artisanale avait à son bord un mineur parmi les 23 candidats à l’émigration clandestine arrêtés dont 16 de Annaba, 2 de Constantine, 2 d’Alger, 2 d’El Tarf et 1 de Batna alors qu’ils naviguaient à 2 miles marins au nord de Ras El Hamra (Annaba) à destination des côtes européennes. Agés de 17 à 33 ans, ils ont été récupérés à 3h30 par l’unité d’intervention rapide n°355. Après les formalités de routine, les malheureux « brûleurs des frontières », ont été présentés devant le procureur de Annaba qui a ordonné la mise sous mandat de dépôt de trois d’entre eux, accusés respectivement de récidive, de passeur et d’outrage à corps constitué.

Les autres, dont le mineur, ont été sommés de comparaître le 21 juin prochain pour répondre de leur acte, à savoir : tentative d’émigration clandestine. Contacté, Zaïdi Abdelaziz le chef de la station maritime principale du groupement des gardes-côtes de Annaba a confirmé l’information en ajoutant que « leur embarcation a été saisie avec le moteur de type Suzuki 40 chevaux ». Quant à la seconde embarcation secourue, c’est un drame évité de justesse. Pas moins de 31 émigrants clandestins se sont rassemblés dans cette embarcation artisanale qui n’a pas pu résister face à la houle.

Par M. F. Gaïdi

Written by elharraga

15 juin 2009 at 7:47

Annaba : 69 harraga arrêtés en moins de 24 heures

leave a comment »

Trente-neuf jeunes candidats à l’immigration clandestine, dont deux mineurs, ont été interceptés, hier, à bord de deux embarcations de fortune par les éléments du Groupement territorial des garde-côtes (GTGC) de la wilaya de Annaba, alors qu’ils tentaient la traversée à destination de la rive européenne.

Annaba. De notre bureau

Agés entre 16 et 38 ans, ces jeunes harraga sont originaires de Annaba, Oum El Bouaghi, Constantine, El Tarf, Skikda et Tébessa. La première embarcation artisanale qui a appareillé de la plage de Seybouse contenait 19 jeunes harraga lorsqu’elle a été aperçue à 3h30 par l’unité 360 d’intervention rapide des garde-côtes. Elle naviguait à 18 miles marins au nord-est de Ras El Hamra et a été récupérée par la même unité des garde-côtes de Annaba. Pas moins de 19 immigrants clandestins ont pris place dans la deuxième barcasse artisanale avant qu’elle largue les amarres à partir de El Kala (El Tarf). Cette fois, c’est l’unité des forces navales 365 qui l’a interceptée, hier à 7h, à 15 miles marins au nord-ouest de Ras Rosa. Le même scénario s’est reproduit et les 19 harraga ont eu le même sort que les premiers.

Après avoir été auscultés par le médecin de la Protection civile, ils ont été présentés au procureur de la République près du tribunal de Annaba, faisant l’objet d’une citation directe. Devant la récurrence de ce fléau, le jeune commandant Chériak Mahmoud reste néanmoins optimiste lorsqu’il affirme : « Nos éléments poursuivront toujours leur travail même dans des conditions parfois dures. Cela nous permettra d’éviter à notre jeunesse le danger que représente la mer. » Le même officier affirme que ses éléments ont procédé à la saisie des deux embarcations et leurs moteurs ainsi qu’un appareil GPS. Vendredi dernier, soit la veille, ce sont 30 autres harraga, dont 2 filles, qui ont été interceptés et arrêtés par les éléments du GTGC de la wilaya de Oran. Ce qui porte le compte au nombre de 69 harraga arrêtés en moins de 24 heures.

Par M. F. G.

Written by elharraga

14 juin 2009 at 7:46

6 mois de prison ferme requis contre 18 harraga

leave a comment »

Six mois de prison ferme assortis d’une amende de 20 000 DA est la peine requise hier par le procureur près le tribunal de Annaba, pour tentative d’émigration clandestine, à l’encontre de 18 harraga dont 3 mineurs sommés à comparaître en compagnie de leur tuteur.

La sentence sera prononcée le 15 juin prochain. Ces 18 jeunes harraga avaient été sauvés le 10 mai 2009 vers 5h du matin d’une mort certaine. C’est l’unité semi-rigide n° 363 des gardes-côtes en patrouille dans les eaux territoriales de Annaba en furie qui avait repéré la lumière rouge d’un fumigène. Arrivés à sa hauteur, les éléments du Groupement territorial des garde-côtes (GTGC) avaient aperçu une embarcation artisanale en difficulté dans laquelle ont pris place 18 jeunes infortunés. Agés entre 18 et 37ans, ces derniers naviguaient à 24 miles marins au nord de cap Rosa. Ils ont été secourus d’une mer déferlante alors qu’ils tentaient vaille que vaille de rejoindre les côtes de la rive européenne, précisément, l’île de la Sardaigne. Ils étaient – 10 jeunes d’El Tarf, 7 de Annaba et 1 de Guelma – partis avec la ferme intention de quitter l’Algérie et rejoindre leurs pairs, déjà arrivés sous des cieux « plus cléments ». Ils ont embarqué le 9 mai dernier à 22h30 à partir de Draouche, une plage déserte de la commune de Berrihane, à une trentaine de kilomètres du chef-lieu de wilaya d’El Tarf. A l’arrivée au port de Annaba, il étaient pris en charge par le médecin de la Protection civile, 2 « naufragés » avaient été transférés à l’hôpital Ibn Rochd pour subir des soins intensifs au service des urgences avant d’être présentés devant le procureur près le tribunal de la même ville.

Par M. F. G.

Written by elharraga

9 juin 2009 at 7:44

18 harraga arrêtés

leave a comment »

Les jeunes Algériens continuent toujours à braver le risque de la mer pour fuir leur pays.

Ainsi, à peine 3 jours après la condamnation de 18 harraga à 2 mois de prison avec sursis assortie d’une amende de 20 000 DA, c’est au tour de 18 autres dont 1 mineur à tenter l’évasion, hier à 00h15. Ce sont les éléments de l’unité semi-rigide n° 363 des garde-côtes en patrouille dans les eaux territoriales de Annaba qui ont repéré une embarcation artisanale dans laquelle avaient pris place 18 jeunes harraga. Agés de 17 à 29 ans, ces jeunes infortunés naviguaient à peine à 1mile marin à l’est de Ras El Hamra, à Annaba, lorsqu’ils ont été surpris. Ces jeunes immigrants clandestins tentaient de rejoindre les côtes de la rive européenne notamment l’île de la Sardaigne.

Par M. F. G

Written by elharraga

6 juin 2009 at 7:43

Émigration clandestine : 19 harraga interceptés au large de Saint Roch

leave a comment »

Les gardes-côtes ont intercepté 19 harraga dans la nuit de lundi à mardi, à 4 miles au large de la commune d’Aïn El Turk, au large de la plage de Saint Roch, qui étaient à bord d’un zodiaque pneumatique. Selon les gardes-côtes, ces19 prétendants à l’émigration clandestine sont tous originaire de la wilaya d’Oran et âgés entre 21 et 22 ans. Trois autres groupes qui s’apprêtaient à partir depuis la même plage, à bord de trois barques de pêche ordinaire, ont fui, laissant derrière eux leurs matériels.

Par B. Zaoui

Written by elharraga

3 juin 2009 at 7:42