Harraga – Harragas

Combien sont-ils ces harraga qui ont pris le large pour ne plus revenir ?

Même des imams mettent les voiles

leave a comment »

par Kamel Daoud

On se lève le matin et on lit : 30 imams algériens dénoncent l’imminence de leur expulsion de France et frappent à la porte de Bouteflika. Rien qui nous concerne peut-être sauf un peu l’humanité salariale de leur condition. Comme les Patriotes, les «hommes debout», les enseignants de l’Algérie dite profonde, les gardes communaux, ils ont été utilisés et aujourd’hui sont un peu oubliés. On lit et puis on s’arrête. D’abord sur l’argument et ensuite sur le sens. Les 30 imams ne veulent pas revenir en Algérie et expliquent que c’est à cause de la scolarité de leurs enfants. Tout aussi imam que l’on puisse être, on en reste pas moins Algérien, soucieux de vivre le pays de loin que du dedans. C’est explicable, compréhensible et dans l’air du temps. Il faut se souvenir que même des détenus algériens à Guantanamo avaient demandé à rester aux USA que de revenir au pays. Tout le monde veut partir, tout le monde part à sa manière. Pourquoi donc pas les imams, grosse branche du conservatisme national et du nationalisme obligatoire par automatisme confessionnel ? Et il vaut mieux prêcher l’Islam ailleurs que chez soi, du point de vu de la vie et du confort. Mais ce que le chroniqueur ne comprend pas, c’est l’argument. On peut être tenté par la Hargua, mais au moins il faut faire comme les Harraga : ne pas raconter et se raconter des histoires, prendre sa chaloupe et refaire sa vie en commençant par les semelles. Pour nos imams, ces derniers expliquent qu’ils demandent à rester en France pour la scolarité de leurs enfants. Il faut donc comprendre que le système de scolarité algérien n’est pas bon. Et cela est une évidence. Mais ce qu’on ne peut pas comprendre, c’est que les imams algériens, ou un bon nombre d’entre eux, nous font la leçon de l’authenticité, des valeurs, nous prêchent l’immoralisme de l’Occident et «sa perte des valeurs morales», nous expliquent chaque vendredi que l’Occident «c’est la perte» de l’identité et des valeurs et que l’Algérie fait partie de Dar El Islam où un bon musulman doit vivre sa foi, refuser le dévoilement de la femme, surveiller le voisin célibataire, ratisser les carcasses des villas durant le ramadan pour débusquer les mangeurs du ramadan, ne pas croire TPS, etc. Principal bataillon du conservatisme national et gardiens du temple, nos imams ont fini par incarner et faire profession de cet islamo-nationalisme qui soude le pays autour des mosquées plus qu’autour des usines. Et là, un beau matin, le premier jour de l’année de l’hégire, date de naissance du Prophète, on découvre qu’ils n’y croient pas tous et que malgré le turban et l’ablution, ils préfèrent quand même, comme certains de nos gouvernants, vivre et scolariser leur enfants en France que dans le pays du palmier idéologique et des dates mentales. Il ne faut pas leur en vouloir pour ce désir de vivre la liberté. La liberté, le confort, la scolarité normale, les enfants, le métro à l’heure, la bonne qualité de service, la tolérance, la culture, la sécurité et les ruelles propres, personne ne peut y résister. C’est légitime de les vouloir et c’est légitime de vouloir rester dans un pays où les conducteurs de voitures sont tous musulmans, même s’ils sont chrétiens et ne connaissent pas le Coran, rien que parce qu’ils respectent le piéton et la priorité. Ce qui n’est pas admissible, c’est de nous raconter le contraire chez nous et de nous enfermer à double tour entre la barbe et le voile au nom de «nos valeurs» non négociables et de nous interdire tous de vivre en France tout en vivant en Algérie. C’est à dire de nous promettre le paradis par le nombre des ablutions et de demander à y rester et à y vivre les premiers «à cause de la scolarité des enfants». On est tous Algériens : il ne faut pas user de l’islam pour faire de la politique, ni pour un prolongement de séjour en Occident, ni pour condamner des mangeurs du ramadan à Biskra, ni pour arrêter une convertie de Tiaret ni pour demander à ne pas revenir au pays et demander aux autres d’y rester pour prouver la foi et défendre l’Islam. On est quand même entre nous !

Publicités

Written by elharraga

11 mars 2009 à 4:03

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :