Harraga – Harragas

Combien sont-ils ces harraga qui ont pris le large pour ne plus revenir ?

Archive for janvier 2009

Impuissant, le gouvernement reconnaît enfin la gravité du phénomène : Les harraga mettent à nu le système

with one comment

Le Premier ministre a reconnu encore hier la gravité du phénomène de la harga. « C’est une crise, voire une tragédie nationale, un problème sérieux qui a touché la société algérienne dans ses valeurs », a-t-il indiqué en marge d’une journée parlementaire sur la réconciliation nationale. Explorant l’étendue de ce phénomène, Ahmed Ouyahia ajoute que « la société est gravement secouée par l’émigration des jeunes ». Il le décrit comme étant « une longue affaire, pas seulement une affaire de milliards de dinars, de programmes ou de mesures ». Mais si ce n’est pas tout cela, de quoi s’agit-il alors ? Le Premier ministre pense qu’« il s’agit d’un mal profond, là où on se sent responsable et citoyen ». S’étonnant de la persistance de ce phénomène « malgré le démarrage du processus de développement », M. Ouyahia ne semble pas comprendre cette jeunesse qui se jette à la mer puisque, convaincu qu’il est, il considère que « même s’il y a le chômage, il n’y a pas de pénuries pour gagner sa croûte ».

N’ayant apparemment que la solution de précarité pour une jeunesse en détresse, le Premier ministre concède toutefois que le problème, en fait, consiste « à redonner à cette jeunesse une flamme d’espoir et une raison de croire en son pays ». Le phénomène, selon lui, « n’est pas conjoncturel ». Et au-delà de sa dimension tragique, estime-t-il, « il y a un problème de civisme ». M. Ouyahia n’hésite pas, en effet, à faire porter à la société une part de responsabilité dans cette hécatombe, dont il ignore l’origine, qui frappe la jeunesse algérienne. En résumé, le Premier ministre veut surtout faire admettre que le phénomène de la harga, qu’il qualifie, visiblement par convenance lexicale, de « tragédie nationale », n’est dû ni à la panne économique, le chômage et la précarité sociale ni à la situation politique dans le pays. Le désespoir semble, selon M. Ouyahia qui a visiblement le souci de défendre le bilan du président Bouteflika, une maladie orpheline dont on ne connaît pas l’origine et encore moins la thérapie. Quoi d’autre que le chômage, l’injustice sociale, l’étouffement jusqu’à l’asphyxie des libertés publiques et individuelles, des libertés politiques, pourrait amener la jeunesse à fuir son pays ? Lorsqu’un jeune Algérien décide d’affronter la houle de la Méditerranée dans une embarcation de fortune, au péril de sa vie, cela signifie qu’il y a vraiment feu en la demeure. Entrevoir l’espoir au bout d’une hypothétique et périlleuse traversée de la Méditerranée ne veut, en réalité, rien exprimer d’autre que la situation de désespoir extrême que vit cette frange écrasante de la société. Seulement, les autorités du pays refusent de l’admettre.

La raison est simple : le harrag est cette laide icône qui renvoie à la grave panne économique de l’Algérie et qui caricature tout le mal qui ronge le pays. Un pays où l’on tabasse des enseignants qui organisent un mouvement de contestation pour dénoncer leurs conditions socioprofessionnelles, un pays où aspirer à une vie digne est un acte répréhensible. L’on comprend à présent pourquoi le gouvernement a décidé de criminaliser l’émigration clandestine qui ne s’est cependant pas arrêtée en dépit des lourdes sanctions que prévoit désormais la loi. La trique n’a jamais été une solution au désespoir. Un désespoir qui n’a pas seulement touché les chômeurs ou les 500 000 jeunes que l’école algérienne éjecte dans la rue, mais aussi des cadres et des universitaires qui sont de plus en plus nombreux à opter pour l’émigration. Et certains parmi eux sont à l’abri du besoin matériel. Ils sont plutôt à la recherche d’endroits où il fait bon vivre, avec en sus une bonne scolarité pour leurs enfants. Le phénomène des harraga cache un véritable drame national que le ministre de la Justice « n’arrive pas à comprendre ». Le ministre d’Etat et secrétaire général du FLN répondait aux journalistes qui le questionnaient autrefois sur le phénomène des harraga : « Si quelqu’un a une recette miracle, nous sommes preneurs. » Un aveu d’échec doublé d’une incapacité à trouver des issues aux problèmes que vit le pays.

Par Said Rabia

Publicités

Written by elharraga

29 janvier 2009 at 11:13

De l’autre côté de la terre

leave a comment »

On parle beaucoup de harraga en ce moment, tout le monde, sauf les harraga, qui préfèrent agir plutôt que de discourir. Quelle est la bonne analyse ? Il n’y en a pas ou il y en a beaucoup, ce qui revient au même. Une des dernières en date est la lettre de Yasmina Khadra l’écrivain à Abdelaziz Belkhadem le gouvernant, chargé officiellement par Bouteflika du problème des harraga. Le premier, exilé lui-même, volontaire et par avion, a répondu au second, lui-même responsable sans l’être mais payé aussi, a expliqué que la réponse du second, « on ne peut rien faire », devrait pousser à la démission, ce qu’il n’a aucune intention de faire.

L’Algérie nous a habitués à la surenchère, entre-temps, beaucoup de harraga ont coulé sur les ponts et comme le rapporte El Khabar d’avant-hier, 600 corps d’Algériens sont actuellement en attente d’être brûlés en Espagne, les corps n’ayant été réclamés par personne, pas même par Zerhouni, le corps électoral et l’élection présidentielle. Ce drame récent n’a pas empêché le dernier intervenant en date de dire n’importe quoi. Tayeb Belaïz, puisqu’il s’agit de lui, ministre de la Justice par ailleurs et qui a contribué à pénaliser l’exil en rendant passible de prison toute personne qui part sans l’autorisation du ministère des Transports, a eu cette réponse : « Nous n’avons pas réussi à identifier les raisons qui poussent les harraga à partir. »

Pourtant, on ne demande rien au ministre, pas même de faire le tour d’Algérie en imposant des symposiums, on lui demande simplement, en Conseil des ministres, de demander à ses collègues pourquoi leurs enfants sont à l’étranger, en études ou dans des postes confortables. Les ministres, s’ils en ont le courage, le lui diront, tout comme ils lui conseilleront de faire la même chose pour ses enfants, si ce n’est pas déjà fait. Mais en avion, billet payé en première classe. C’est toujours mieux qu’une barque dont le fond n’est assuré par personne.

Par Chawki Amari

Written by elharraga

28 janvier 2009 at 11:15

Un projet de loi pour sanctionner les réseaux de trafic des harraga

leave a comment »

Le texte de loi qui a suscité des interrogations et un débat sérieux demeure celui ayant trait au code pénal, notamment dans son article 175 bis faisant référence au phénomène des harraga.

Dans son intervention, Tayeb Belaïz, ministre de la Justice, garde des Sceaux, s’est longuement attardé sur les objectifs visés, à travers l’élaboration d’un tel article, et ce, afin de mettre fin à tout amalgame ou mauvaise interprétation. Il ne s’agit pas, a-t-il tenu à préciser, d’incriminer les harraga, mais plutôt de sanctionner les réseaux qui organisent ce type de trafic. « Ce texte a pour objet d’opérer une harmonie avec les autres textes juridiques dans le but d’adapter notre dispositif normatif avec les conventions internationales ratifiées par notre pays », a fait remarquer le ministre de la Justice, qui énumère par là même les modifications apportées au texte, à savoir l’insertion du travail d’intérêt général comme peine de substitution à celle de l’emprisonnement, l’incrimination de la traite des personnes et du trafic d’organes, la prise en charge du phénomène du trafic illicite de migrants, la répression de certains faits relevant d’infraction à la législation et à la réglementation sur la sortie du territoire national. Selon le ministre, les mécanismes de mise en œuvre sont prêts et seront appliqués une fois la loi publiée dans le Journal officiel. Lors de cette séance, plusieurs députés ont fait part de trois propositions d’amendement de l’article 175 bis du code pénal.

Ces élus ont été unanimes à relever que cet article disposait d’une double peine pour les harraga, indiquant qu’il « est inconcevable de faire face à une tragédie nationale uniquement sur le plan juridique, le phénomène exigeant un traitement multidimensionnel couvrant les aspects politique et socioéconomique, au lieu de se limiter à l’aspect punitif ». En dépit de l’insistance des députés, la commission des affaires juridiques, administratives et des libertés a rejeté les propositions en question, arguant que l’annulation du dernier alinéa de l’article 175 bis « conduira à un vide juridique et empêchera de poursuivre les auteurs de ces crimes », ajoutant que cet alinéa constitue « une règle juridique générale et abstraite qui ne concerne pas une catégorie de personnes donnée ». Pour plus de clarification, le ministre a tenu à préciser que cet alinéa « ne s’inscrit pas dans le cadre du protocole de lutte contre le trafic terrestre, maritime et aérien des migrants qui incrimine les actes des réseaux spécialisés dans le trafic de migrants », expliquant dans ce sillage que les migrants sont considérés comme victimes et sont exempts de toute responsabilité. M. Belaïz a soutenu que vu cette infraction – le phénomène du trafic illicite de migrants – constitue une activité criminelle dangereuse et nouvelle dans le monde s’établissant sur des réseaux organisés et spécialisés à la recherche de gains variés et illicites, il est devenu nécessaire de la contrecarrer par la mise en place d’une législation coercitive, répressive et plus vigoureuse. Trois projets de loi ont été adoptés hier, à l’APN, lors d’une séance plénière. Il s’agit, outre le premier sus-cité, du projet de loi relatif à la protection du consommateur et la répression de la fraude.

Par Nabila Amir

Written by elharraga

22 janvier 2009 at 11:20

85 harraga sauvés et un réseau démantelé en 2008

leave a comment »

Bilan annuel des garde-côtes

Selon le bilan annuel des garde-côtes de la wilaya de Mostaganem, pas moins de 50 jeunes harraga ont été sauvés d’une mort certaine après les interventions de sauvetage menées par les garde-côtes en pleine mer.

Ces jeunes, âgés de 20 à 35 ans, tous originaires des villes de l’intérieur, à l’instar de Mascara, Relizane et Tiaret, avaient pris le large à partir des côtes de la région Est de Mostaganem pour rejoindre les côtes espagnoles à bord de 8 embarcations. D’autre part, les services de la gendarmerie, et durant la même période, ont arrêtés 35 immigrés clandestins à travers différents sites réputés être des lieux d’embarquement des groupes de harraga, comme la plage Chaibia, Petit Port, Ouled Boughalem, où les réseaux d’immigration clandestine sont bien implantés et préparent minutieusement les voyages des groupes de jeunes, moyennant la somme de 80 mille dinars par personne. Le dernier réseau d’immigration clandestine, qui activait à travers la région de Sidi Lakhdar, composé de 3 personnes, a été démantelé par les services de la gendarmerie nationale au mois de décembre dernier.

Par Larbi Benzidane

Written by elharraga

21 janvier 2009 at 11:28

Tout cerveau qui s’exile est un assassinat : Lettre ouverte de Yasmina Khadra à M. Belkhadem

with 4 comments

par Yasmina Khadra

Il existe un miracle en chaque chose, M. Belkhadem. Le miracle de réussir là où d’autres ont échoué. Le miracle de démissionner quand on ne peut plus rien donner… Voyez-vous ? Il suffit de le vouloir.

Vos propos concernant les harraga, ce nouveau fléau qui dépeuple nos rues, nos chantiers, nos stades, notre jeunesse, sont irrecevables. Un responsable politique a des obligations et des problèmes à résoudre. Il a aussi le droit de rendre le tablier s’il a conscience de son inutilité. L’Algérie n’est pas un fief de rentiers, encore moins une sinécure. Elle est une Nation, un Peuple, un Destin, et exige un maximum d’engagement et d’abnégation. Il s’agit de la servir, et non de l’asservir. Il s’agit d’efficacité et non de privilèges. Il s’agit de sacrifices quotidiens, de transcendance permanente et de concertations tous azimuts, car il arrive parfois aux divergences de nous éveiller à nos erreurs et à l’apport inestimable des opposants. Un discours n’est solvable que lorsque ses répercussions sur le terrain sont payantes. Il ne suffit pas d’occuper une tribune pour dominer son monde, encore faut-il le convaincre, parvenir à lui mettre la main à la pâte et le mener au bout de l’ensemble des défis que l’on est supposé relever.

Or, le constat est désespérant. Comment peut-on sévir contre une jeunesse effroyablement désenchantée alors qu’il est question de la sauver de l’ennui en train de la chosifier ? Comment ose-t-on jeter en prison de jeunes gens qui ont choisi de risquer leur vie au large de la mer plutôt que de continuer de moisir au pied des murs défigurés ou à l’ombre des cafés sinistrés ? Depuis quand les geôles sont-elles des cures thérapeutiques, un antidote, une panacée ? Incarcérer les Harraga est un non-sens, une absurdité, un traitement contre-nature.

Cela dénote de l’inaptitude de nos responsables à s’assumer, préférant faire porter le chapeau à ceux-là mêmes qui ploient sous d’intenables carcans – Il n’est pire cruauté que de faire, des souffre-douleur, des boucs émissaires !…

L’Algérie est un paradis, M. Belkhadem ; un paradis dont les rêves sont ailleurs ; ce qui pousse des milliers d’adolescents à sauter dans des embarcations de fortune pour aller à leur recherche parmi les naufrages mortels et les insolations irréversibles. Aucune nation ne peut avancer sans mythes et aucune jeunesse ne peut forcir sans idoles. Qu’avons-nous fait de nos mythes et que sont devenues nos idoles dans cette quête névrotique de l’enrichissement suspect qui a fait de nos maires, de nos walis, de nos députés, de nos sénateurs, enfin de l’ensemble de nos faiseurs de société des faiseurs de désillusions ?… Le miracle existe, M. Belkhadem. Il suffit d’y croire. Or, il nous semble que nous avons perdu la foi en toute chose dans ce pays où la lucidité, le souci des autres et la conscience citoyenne se sont mus en slogans blancs. Notre jeunesse ne demande pas ; elle exige de nous que l’on assainisse ses lendemains en lui proposant des projets concrets, un devenir fiable, des repères probants, bref une vraie feuille de route reposant sur un programme clair et réalisable. Elle ne demande pas la lune, mais une place précise dans sa patrie, et un rôle à même de l’enthousiasmer et de la mobiliser autour d’une ambition légitime. Elle réclame du travail, des débouchés, une formation adéquate, du respect surtout, et la confiance sans laquelle aucune mission n’est envisageable. Son problème, qui semble échapper à nos responsables, est simple : elle veut vivre décemment, dans son pays ; elle veut retrousser ses manches et contribuer à l’aboutissement d’un idéal sain et ragaillardissant. C’est parce qu’elle ne sait plus où donner la tête qu’elle confie, chaque soir à l’heure où la mer s’apaise, son destin à une boussole pipée ou un passeur suicidaire… Notre jeunesse souffre, M. Bekhadem. Elle a épuisé toute sa patience, toutes ses prières et tous ses ras-le-bol.

Elle est laminée, lessivée, dévitalisée et n’éprouve plus le besoin de survivre à son désarroi grandissant. Et si elle ne fait plus confiance à vos promesses, c’est parce que vous ne les avez jamais tenues.

C’est parce qu’elle refuse de céder à la violence, parce que les maquis intégristes ne constituent plus un territoire raisonnable des revendications élémentaires, qu’elle préfère offrir ses ultimes espérances aux poissons et à la furie des flots. Aussi est-il urgent d’arrêter de la considérer comme une tare sociale ou une tracasserie politique et de se rendre compte combien son désespoir nous renvoie à nos incompétences et notre culpabilité. Tout Algérien qui meurt de malvie est un crime ; tout cerveau qui s’exile est un assassinat ; tout espoir qui s’éteint est une trahison et tout aveu d’impuissance de la part d’un décideur est une catastrophe. Alors, lequel des miracles choisir : celui de la rédemption ou bien celui de la démission.

Written by elharraga

19 janvier 2009 at 7:18

Oran: Quatre harraga portés disparus

leave a comment »

par J. Boukraâ

Un jeune âgé de 22 ans, candidat à l’émigration clandestine, a été admis, hier matin, au service des UMC du centre hospitalo-universitaire d’Oran, dans un état critique. En fait, le jeune faisait partie d’un groupe de cinq autres personnes qui ont quitté les côtes algériennes à partir d’une plage de la localité de Kristel relevant de la commune de Gdyel à l’est d’Oran, selon ses déclarations.

Les infortunés avaient pris le départ, la nuit de mardi à mercredi, à bord d’une embarcation. Le rêve de rejoindre l’autre rive de la Méditerranée s’est écroulé au bout de quelque heures. Les conditions météorologiques extrêmes: mer agitée, pluies battantes, vents violents et le froid ont transformé ce rêve en cauchemar. Le moteur de leur embarcation est tombé en panne et celle-ci s’est renversée. Le jeune a réussi à rejoindre la plage à la nage. Il a été découvert sur une plage, à Oran est, alors que le sort des quatre autres n’est pas encore connu.

Pour rappel dix-sept candidats à l’émigration clandestine ont été secourus, au début de la semaine dernière par les gardes-côtes au large, à quelque 20 miles nautiques, au nord des côtes oranaises. Les infortunés âgés de 19 à 32 ans, tous originaires d’Oran, dont un bon nombre du quartier des «Planteurs» sont restés au large pendant 3 jours, après que le moteur de leur embarcation soit tombé en panne. Ils ont été repérés par un méthanier algérien, le «Boumerdès» qui a alerté les gardes- côtes.

Ils avaient quitté les côtes algériennes à partir de la plage dite «Sbiâate» dans la wilaya d’Aïn Témouchent. Après trois heures de navigation, leur moteur avait flanché et le rêve s’était transformé, soudainement, en cauchemar.

Written by elharraga

15 janvier 2009 at 1:45

Emigration clandestine : 17 harraga interceptés

leave a comment »

Un groupe de dix-sept harraga a été intercepté, hier, par les éléments de l’unité marine 350, à 20 miles nautiques au nord d’Oran.

Les gardes-côtes, relevant du groupement de Mostaganem, ont réussi à localiser l’embarcation de type pneumatique qui dérivait depuis plus de trois jours. Selon des informations concordantes, les jeunes harraga, âgés entre 19 et 35 ans, ont pris la mer à partir de la plage témouchentoise de S’biat. Malgré la houle et le mauvais temps, les jeunes harraga, originaires d’Oran, n’ont pas hésité à se lancer dans l’aventure. Une panne de moteur et une mer démontée ont fini pas avoir raison de l’embarcation rudement ballottée par les vagues en furie. Complètement déboussolés, les harraga ont dérivé à la défaveur d’un froid glacial et de la faim. A leur arrivée au port d’Oran, les candidats à l’émigration clandestine se trouvaient dans un état de déshydratation et de malnutrition avancé. Certains d’entre eux ont été dirigés vers les UMC pour une prise en charge médicale urgente. Ils seront déférés devant le parquet du tribunal d’Oran qui aura à statuer sur leur cas.

Par A. Br.

Written by elharraga

11 janvier 2009 at 1:35