Harraga – Harragas

Combien sont-ils ces harraga qui ont pris le large pour ne plus revenir ?

Aïn-Témouchent : Les fléaux menaçant l’enfance en nette croissance

leave a comment »

par Belhadri Boualem

Comment vivent les harraga qui ont réussi à atteindre l’autre rive de la Méditerranée ? Sont-ils dans des camps de concentration en Espagne, en Italie ou en France en attendant que des solutions soient trouvées pour les rapatrier ?, comme on entend dire à travers des médias. Pour ces cas précis, quelles sont les mesures prises par les responsables habilités ?

Les ONG d’Algérie et d’outre-mer qui s’intéressent à ce phénomène complexe et extrêmement sensible sur le plus humanitaire, peuvent-elles à elles seules venir en aide à ces harraga, pendant que les gouvernements des trois pays ci-dessus cités ont décidé de se concerter quant aux mesures communes à prendre face à ce qu’il est convenu d’appeler le drame du siècle ? De telles mesures, rigides pour l’heure, ne sont-elles pas en contradiction flagrante avec le projet de l’UPM qui balbutie encore ?

Une partie de ces interrogations qui taraudent les esprits laissent les sages pensifs et mobilisent de part et d’autre des deux rives de la Méditerranée, a été posée au Dr Dib, président de la Fondation algérienne des droits de l’enfant et de l’adolescent, qu’on a rencontré ce jeudi à Aïn-Témouchent, où il était invité à donner une conférence à l’occasion des journées mondiales de l’enfance et de l’environnement qui ont eu pour cadre l’Institut supérieur de l’enseignement et la formation professionnels.

S’agissant de statistiques en rapport avec le sujet et celui relatif à la consommation du tabac et de la drogue sous toutes ses formes, le Dr Dib a avoué ne pas détenir des chiffres exacts à l’échelle nationale. Mais pour le cas de la wilaya de Aïn-Témouchent, il révèle que durant le premier semestre, pas moins de 50 affaires ont été instruites et avaient trait aux actes commis par des mineurs de 15 à 18 ans. Abordant la possibilité de la réinsertion des jeunes dans la vie professionnelle, l’orateur, tout en restant sur un plan général, estime que le travail se fait en collaboration avec le secteur de la formation professionnelle, sans donner des exemples précis et concrets. Mais le travail doit commencer dès que les jeunes subissent l’échec scolaire et avant qu’ils ne soient enrôlés dans des réseaux de fléaux sociaux. Evoquant la question de la prise en charge des toxicomanes, le Dr Dib a révélé que la direction de la santé et de la population de la wilaya va réaliser un espace approprié pour cette catégorie de jeunes en difficulté sur les plans psychique et psychologique. En matière d’aides à fournir aux parents des toxicomanes par différents organismes, institutions et ONG, le président de la fondation signale que cette action est dévolue à l’Etat.

Dans ce cadre, le DAS de la wilaya de Aïn-Témouchent précise que la réalisation d’une structure de prise en charge par son secteur est assujettie à un décret exécutif portant création de centres spécialisés pour la protection et le suivi de ces malades. Entamant la situation générale qui prévaut à l’échelle nationale en rapport avec la toxicomanie et les autres fléaux, le Dr Dib déclare que l’évolution va crescendo et les choses font peur malgré les grands efforts déployés à ce jour.

Que disent les prospections de proximité établies dans notre pays et quelle est la conduite à tenir ? L’on est en train de faire une étude globale pour connaître les causes qui poussent les jeunes à choisir la voie du suicide et de la mort à moyen et long terme. Un échantillon de 3.200 cas a été prospecté et il ne s’agit pas uniquement de jeunes issus des couches démunies.

Comment faire face aux réseaux organisés à l’origine de ces fléaux ? Telle est la grande réflexion.

Publicités

Written by elharraga

8 juin 2008 à 6:34

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :