Harraga – Harragas

Combien sont-ils ces harraga qui ont pris le large pour ne plus revenir ?

Oran, Arzew, Ténès : 38 harraga interceptés

leave a comment »

par H. B. Et B. O.

Trente-huit candidats à l’émigration clandestine ont été interceptés ce week-end, lors de trois opérations distinctes, menées par les patrouilleurs du service des gardes-côtes au larges des côtes d’Oran, d’Arzew et de Ténès. Après une relative accalmie qui a tout de même duré plusieurs semaines, le phénomène de l’émigration clandestine semble encore reprendre une tendance haussière, probablement à la faveur de l’amélioration des conditions météorologiques.

Au cours de la journée du mercredi aux environs de 15h, les gardes-côtes de Ténès ont été alertés par leurs confrères du CNOSS Alger de la présence de deux embarcations en haute mer, sur lesquelles se trouvaient 15 personnes. Aussitôt, une vedette des gardes-côtes stationnée au port de Ténès prit la mer en direction de la position des embarcations signalée auparavant par le commandement d’Alger. Il faut dire que ces harraga ont été repérés par un navire français qui a alerté les gardes-côtes algériens. Selon le commandant des gardes-côtes de Ténès, les deux embarcations, à bord desquelles se trouvaient les 15 harraga, ont été interceptées à 40 miles au nord de Cap Ouilis, au nord des côtes de Mostaganem, et n’avaient apparemment aucun problème de moteur ou autres. Il faut signaler que les conditions météorologiques deviennent favorables pendant l’été, favorisant de telles aventures. A 20 heures, la vedette des gardes-côtes regagna le port de Ténès, tirant dans son sillage les deux embarcations. Dans un premier temps, les jeunes clandestins âgés entre 20 et 30 ans, originaires tous de la wilaya de Chlef, ont été dirigés vers l’hôpital de Ténès pour y subir un examen médical. Ils devront être présentés aujourd’hui devant le procureur général près du tribunal de Ténès, pour statuer sur leur sort.

Dans la soirée de jeudi à vendredi, aux environs de 1h 40, une autre embarcation pneumatique de 4m 80cm contenant à son bord onze harraga a été à son tour secourue par l’unité GC 347 du groupement territorial des gardes-côtes d’Oran.

Les onze candidats à l’émigration clandestine avaient quitté les côtes oranaises, à partir de la plage de Bouisseville, dans la commune d’Aïn El-Turck. En détresse, après avoir perdu leur moteur, les naufragés à la dérive ont été secourus à 30 miles nautiques au nord des îles Habibas. Dans cette même nuit de jeudi à vendredi, 12 autres candidats à l’émigration clandestine ont été interceptés par les gardes-côtes au nord de Cap Carbon. Les candidats à l’émigration clandestine seront présentés aujourd’hui devant la justice.

Publicités

Written by elharraga

7 juin 2008 à 1:10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :