Harraga – Harragas

Combien sont-ils ces harraga qui ont pris le large pour ne plus revenir ?

Archive for décembre 2007

Plus de 1500 harraga arrêtés en Algérie

leave a comment »

Un total de 1530 émigrés clandestins (harraga) ont été arrêtés en 2007 en Algérie, dont 1485 sont des Algériens, selon un bilan fourni par le commandement des Forces navales algériennes.

Comparativement aux deux dernières années, les chiffres fournis font état d’une augmentation des arrestations, avec 335 harraga interceptés en 2005 et 1016 en 2006. Ces chiffres concernent les personnes arrêtées mais pas les morts et les disparus ou ceux qui ont pu arriver à « bon port ». S’agissant des personnes ayant péri dans leurs tentatives suicidaires, un total de 83 corps sans vie de candidats à l’émigration clandestine ont été repêchés depuis le 1er janvier à ce jour. « 60% des corps repêchés, qui étaient dans un état de décomposition très avancé, n’ont pas été identifiés », selon la même source, ajoutant que la plupart des autres cadavres (identifiés) sont de nationalité algérienne. Le nombre de cadavres repêchés connaît une certaine augmentation depuis deux ans, passant de 29 corps en 2005 à 73 en 2006. Le phénomène de l’émigration clandestine qui affecte l’Algérie, à l’instar de plusieurs autres pays qui constituent des zones de transit vers l’Europe et l’Amérique, a amené les autorités algériennes à prendre des mesures à même de juguler, dans une certaine mesure, ce fléau. D’ailleurs, la dernière rencontre gouvernement-walis du mois d’octobre 2007 a été consacrée au thème de la jeunesse. En ce sens, le président de la République a annoncé, lors de cette rencontre, l’élaboration d’une « nouvelle politique d’intégration » de la jeunesse. Cette politique tend, en fait, à « améliorer l’efficacité des actions engagées et à rénover les méthodes de travail ». Le président Bouteflika a également insisté sur « l’attention que devraient porter les responsables de tous les secteurs à l’importance de l’adhésion des jeunes aux programmes qui vont être lancés ». La question des harraga a aussi fait l’objet d’une rencontre-débat ayant réuni des experts de différents horizons et nationalités à l’initiative du ministère de la Solidarité nationale, le mois de septembre dernier, et avait porté sur les causes contraignant les jeunes à émigrer au péril de leur vie. Pour sa part, le président du Centre d’information et d’études sur les migrations internationales (CIEMI), Vincent Geisser, qui s’exprimait à l’occasion d’un colloque organisé à Alger, a estimé qu’il faut organiser la délivrance des visas de manière plus souple pour créer une sécurité pour le migrant et lui éviter d’entreprendre des actes clandestins et illégaux.

M. R.

Publicités

Written by elharraga

31 décembre 2007 at 4:51

Aïn Témouchent. Sauvetage de 10 harraga

leave a comment »

Dix harraga, dont le canot pneumatique dérivait depuis trois jours, ont été sauvés par les gardes-côtes vers 20h, samedi dernier, du côté des îles Habibas.

Partis le 6 décembre à partir de Rachgoun, le moteur Yamaha de 40 CV qui équipait leur embarcation de 4,2 m sur 1,5 m, avait rendu l’âme. Neuf des dix harraga sont de Boukadir. Avec le dixième qui est d’Oran, ils ont été présentés au procureur de la République. Par ailleurs, on apprend que le cadavre d’un harraga, en état de décomposition avancée, a été découvert à 4 miles au large de Bouzedjar. Selon les indications de la gendarmerie, d’une taille de 1,60 m, le malheureux portait une chemise noire, un tricot de peau bleu et un gilet de sauvetage orange.

M. Kali

Written by elharraga

10 décembre 2007 at 5:18

Mostaganem. 14 harraga interceptés

leave a comment »

C’est la deuxième intervention d’envergure que viennent de réaliser les gardes-côtes de Mostaganem en l’espace de 24 heures.

En effet, suite au sauvetage de 7 clandestins, lundi dernier, un second groupe composé de 14 personnes, dont 10 originaires d’Arzew et 4 originaires de l’Algérois, aura été intercepté par la frégate au large de Mostaganem. Cela s’est passé hier en début d’après-midi, lorsque le navire qui patrouillait au large remarqua la présence d’une embarcation de type Zodiac, dérivant au grès des vagues. Il s’agissait d’un zodiac qui avait pris la mer à partir d’Arzew durant la nuit de vendredi dernier. Les familles restées à terre demeureront sans nouvelles de leurs enfants durant pas moins de 5 longues journées. C’est pourquoi, dès qu’un sauvetage est signalé dans la région, c’est au moins une dizaine de familles qui se rendent immédiatement sur le lieu d’échouage ou de débarquement à la recherche du moindre indice. Avant-hier, elles étaient venues s’amasser à l’entrée du port de Mostaganem où l’on attendait l’arrivée des 7 naufragés originaires de Chlef. Ce fut pour ces familles une grande désillusion et une terrible détresse de rester ainsi sans nouvelles des leurs. Finalement, l’interception de ce zodiac aura eu un immense impact chez ces citoyens. Retrouvés sains et saufs, ces 14 harraga auront été débarqués au niveau du port d’Oran, alors qu’ils étaient annoncés à Mostaganem où leur prise en charge avait été envisagée dans un premier temps. Cependant, certaines sources font état d’une autre tentative d’émigration à partir de la plage de Sidi Lakhdar, qui se serait bien terminée pour ces aventuriers qui auraient donné des signes de vie depuis l’Espagne. Ce qui n’aura pas manqué de rassurer enfin leurs proches. Un rapide décompte fait ressortir un bilan plus qu’élogieux pour les gardes-côtes qui assurent une surveillance assidue malgré le mauvais temps qui sévit depuis bientôt une semaine.

Yacine Alim

Written by elharraga

5 décembre 2007 at 5:16

Mostaganem. Sauvetage de 7 harraga

leave a comment »

C’est grâce à la vigilance des gardes-côtes que 7 harraga auront été sauvés d’une mort certaine au large de Sidi Lakhdar.

Malheureusement, deux de leurs compagnons n’auront pas cette chance ; ils sombreront au fond de la mer quelques minutes seulement après l’arrivée du navire El Kennas, une frégate de type PA, mouillant au port de Mostaganem. Leur frêle embarcation de 4,50 m était partie de la plage de Hammadi, non loin de Ténès, il y a trois jours. Les 9 clandestins, tous originaires de la wilaya de Chlef, avaient la malchance de perdre le système GSM grâce auquel ils tentaient de gagner les côtes espagnoles. Durant deux nuits et trois jours, ils dériveront dans une mer très agitée qui finira par les ramener vers la côte algérienne. C’est hier vers 15h que l’embarcation se fera repérer par les gardes-côtes qui surveillent régulièrement cette portion de la côte que les candidats à l’émigration clandestine connaissent dans ses moindres recoins. Selon l’officier Boukhatem Abdelhafid, qui commande la frégate, c’est la troisième opération qu’il réalise en l’espace d’un mois. Débarqués à 18h30 au port de Mostaganem, les harraga seront immédiatement confiés à la Protection civile qui les dirigera vers les urgences. Dès l’annonce de l’opération de sauvetage, plusieurs familles originaires d’Arzew viendront assister de loin à l’accostage du bateau, à la recherche d’un des leurs, porté disparu depuis plusieurs jours.

Yacine Alim

Written by elharraga

4 décembre 2007 at 5:09