Harraga – Harragas

Combien sont-ils ces harraga qui ont pris le large pour ne plus revenir ?

Archive for décembre 2006

Dakar : destination d’un harraga

leave a comment »

Le passage d’un bateau battant pavillon maltais au niveau du port de Mostaganem aura été mis à profit par un candidat à l’émigration clandestine pour rejoindre Dakar.

Ayant accosté durant la première quinzaine de décembre, le cargo était reparti vers sa novelle destination le 16 décembre dernier. Le candidat à l’émigration clandestine, originaire de Mostaganem, aura réussi à tromper la vigilance des services de sécurité du port en se mêlant aux dockers qui s’affairaient sur le navire. C’est une fois arrivé à Dakar qu’il sera appréhendé et extradé vers l’Algérie. Ainsi, face à l’extrême efficacité des gardes côtes le long de la façade maritime Ouest, qui aura vu plus de 500 candidats à l’émigration clandestine par voie maritime se faire prendre dans les mailles du filet, les harraga viennent d’inaugurer une nouvelle filière qui s’avèrera fatale pour ce jeune mostaganémois. Car au niveau des plages sénégalaises, l’étroite collaboration de la police locale avec des contingents de la marine espagnole, voire européenne, utilisant les équipements les plus sophistiqués, ne semble laisser que très peu de chance aux clandestins qui tentent de rejoindre les îles Canaries. Par ailleurs, un clandestin qui s’était embarqué sur un cargo à destination des Pays-Bas a été appréhendé peu de temps avant que le navire n’appareille. Profitant de l’intense trafic lié à l’importation de la semence de pomme de terre, le jeune homme s’était introduit dans les calles. La vigilance des policiers aura mis fin à cette aventure.

Y. a.

Publicités

Written by elharraga

28 décembre 2006 at 5:31

Expulsion de 3 harraga d’Espagne

leave a comment »

3 Harraga ont été expulsés d’Espagne, dimanche dernier, apprend-on auprès des services de la police. Il s’agit de A. N., âgé de 24 ans, Z. K., 23 ans et de T. A., 23 ans. Les deux premiers aventuriers sont d’Oran et le dernier de Chlef. Ces harraga se sont rendus en Espagne à bord d’une embarcation de fortune, avant d’être arrêtés dans ce pays et reconduits à Oran. Présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Seddikia, ces derniers, qui ont dissimulé leur identité, ont été placés sous mandat de dépôt pour fausse déclaration et émigration clandestine.

M. L.

Written by elharraga

20 décembre 2006 at 6:27

Le harraga naufragé de Béni Saf serait-il un canular ?

leave a comment »

Hier, aucune famille ne s’était manifestée auprès de la gendarmerie pour reconnaître l’écriture de Derkouani Lakhdar, un harraga ayant jeté à la mer un message d’adieu dans une bouteille en plastique.

Cette dernière a été retrouvée par des gendarmes à 40 km à l’est de Béni Saf, sur la plage de Ouardania, un lieu désert, sauf en saison estivale. Serait-ce alors un canular de mauvais goût ? Il y a effectivement un indice qui le laisse penser. En effet, à l’examen du manuscrit, il paraît difficile de croire que l’on puisse écrire aussi posément, sans trace de stylo qui dérape hors de la ligne, au milieu ou à la fin d’un mot, dans une barque agitée par les flots en furie. Cependant, ce qui plaide pour l’authenticité du texte, c’est moins son support, le papier d’une boîte de cigarette, mais plutôt son propos quelque peu naïf et décousu. Après la Basmallah d’usage, l’expression est d’un arabe scolaire qui emploie un énigmatique nous collectif : « Nous avons tenté de fuir le pays (el belda). Malheureusement, nous n’avons pas réussi. La mer nous a envahis. Adieu. Moi, c’est Derkouani Lakhdar. Chère mère, prends soin de toi, toi aussi, ainsi que mes frères et sœurs. Que Dieu nous soit Miséricordieux et qu’Il nous bénisse. » Le nous renverrait-il à des compagnons que les parents du naufragé connaissent ? Puis le style change brutalement pour décliner vers le dialectal en usant d’un dicton populaire : « Celui qui n’écoute pas la voix de la raison est condamné à l’échec. » Enfin, plus pathétique, parce qu’il n’y a plus d’espace sur la feuille, l’auteur du message va à l’essentiel : « Adieu maman et mon papa. Vous êtes les plus chers dans la vie. Merci et pardon. » Le dernier mot est entouré d’un trait. Quelqu’un va-t-il se manifester ?

M. Kali

Written by elharraga

19 décembre 2006 at 6:45

Les passeurs de harraga arrêtés à Sidi Ben Adda

leave a comment »

Sur plainte de cinq candidats à l’émigration clandestine, la gendarmerie a arrêté à Sidi Ben Adda (Aïn Témouchent) trois personnes spécialisées dans le convoyage de harraga vers les côtes ibériques. Les plaignants, dont deux originaires de Skikda et trois d’Oran, avaient déboursé 55 millions de centimes sans que leur voyage ne se concrétise. Ainsi, B.M. (28 ans) et B.B. (26 ans) ont été arrêtés pour escroquerie, alors qu’un troisième complice de Ouled Kihel, qui n’a pu être identifié, est en fuite.

M. K.

Written by elharraga

19 décembre 2006 at 6:11

3 harraga arrêtés au port de Béthioua

leave a comment »

3 harraga ont été arrêtés jeudi dernier au port de Béthioua par les services de la sûreté nationale.

Ces derniers, âgés entre 18 et 27 ans, ont été placés, samedi, sous mandat de dépôt par le parquet, pour émigration clandestine. Selon les services de la sûreté nationale, bon nombre d’aventuriers ont été arrêtés au niveau de ce port pétrolier. Ces derniers, mus par le désir d’émigrer clandestinement en Espagne, portent généralement une tenue leur permettant de résister au froid de la mer et prennent des dattes, un fruit riche en calories pour se nourrir durant la traversée. La sécurité est particulièrement renforcée au niveau de ce port, précise-t-on, afin de dissuader ces aventuriers qui défient la mort pour se rendre en Espagne, une destination qui demeure encore, dans la tête des jeunes Algériens, un rêve pour une situation financière meilleure.

M. L.

Written by elharraga

18 décembre 2006 at 6:28